La cantatrice Julie Mossay nous narre son parcours de vie insolite entre les frites
et le chant lyrique. Une invitation sensible à respecter sa passion sans renier
ses origines, à sabrer dans l’élitisme de l’Opéra tout en appréciant ses grands airs,
à se battre hors des sentiers tracés et créer son propre chemin de vie.
Un hymne à l’optimisme qui va a contrario des temps présents.

Issue de deux générations de frituriers, tout prédestinait la petite Julie à régner sur une armada de bâtonnets de pommes de terre à chair farineuse, dorés à souhait et qualifiés de fierté nationale. Car le père Mossay, entrepreneur déluré et grand défenseur de la frite artisanale, investit dans la cuve de cuisson et la plaque chauffante dernier cri.
Et ça lui réussit ! Cependant, frondeuse mais pas ingrate pour autant, la gamine découvre par hasard et par Mozart l’univers de l’Opéra et s’en éprend.

Et nous voilà parti sur la route de sa biographie turbulente faite de grands écarts entre les snacks Woopy et Puccini, entre concours Reine Elisabeth et bouchées à la reine, entre hamburger et Schubert, entre Haendel et fricadelle. C’est avec une infinie finesse que ce spectacle de théâtre musical emmène le mélomane autant que le néophyte et ôte les voiles apparemment hermétiques de l’opéra. Mais c’est sans parler du message fort et optimiste qu’il transmet, denrée rare dans ce sombre début de XXIème siècle.
Cette ode à l’écoute de son cœur, au respect de sa passion, à la transgression sociale et au courage que nécessite les creux de vagues, constitue un exemplaire pied de nez au cadre déterminé de la destinée. Ce divertissant, tendre et touchant parcours de la combattante, peuplé de personnages picaresques et de situations rocambolesques, est porté avec brio par le franc talent de Julie Mossay en personne, d’un pianiste-compositeur de génie, d’acteurs polymorphes époustouflants et d’une mise en scène sensible et efficace.
On est dans l’art vivant, assurément !

teaser

‘‘comme Cendrillon

sortie d’une friterie’’

Presse à la création

août 2018

RTBF.be | Christian Jade

“Juke-Box Opéra” : une vie d’artiste entre les notes de l’humour. ***

 

Le Soir | Catherine Makereel

Avec une présence joyeuse et charismatique, la chanteuse construit un pont improbable entre deux mondes qui ne se croisent jamais passant sans complexe de Whitney

Houston à la « Flûte enchantée », de Balavoine à Puccini, d’Abba à Schubert de The Eye of the Tiger à Carmen. Accompagnée par l’excellent et pince sans rire Johan Dupont au piano, Julie Mossay se confie aussi sur les coulisses du monde cruel et compétitif qu’est l’opéra. Des coulisses savamment sculptées par la mise en scène d’Axel de Booseré et Maggy Jacot qui découpe la scène de rideaux semi transparents tout en rythmant les anecdotes et tours de chant.

Déjà programmé au Théâtre Le Public cette saison, « Juke-Box Opéra » devrait faire un carton.

 

La Meuse (Sudpress) | Bruno Beckers

Un conte de fées à la belge « comme Cendrillon sortie d’une friterie », Juke-Box Opéra est du genre à toucher au cœur… et aux papilles gustatives. Car on y parle de frites mais aussi d’opéra, d’amour familial, de rêves et d’ambition.

de
Paul Pourveur et Julie Mossay

 

Avec

Julie Mossay (jeu et chant)
Didier de Neck et Christian Crahay en alternance (jeu)
François-Michel Van der Rest et Didier Colfs en alternance (jeu)
Johan Dupont et Fabian Fiorini en alternance (piano)

 

Réalisation

Axel De Booseré et Maggy Jacot

 

Lumières

Gérard Maraite

 

Son

François Joinville

Spectacle musical

Tout public

1h30

Télécharger le feuillet diffusion

Télécharger le dossier dramaturgique

Télécharger la fiche technique

 Une production de la Compagnie Pop-Up, du Théâtre Le Public, du Palais des Beaux-Arts de Charleroi et du Théâtre de Liège où la Compagnie Pop-Up est accueillie en compagnonnage (2018-2022). Avec le soutien du Tax Shelter de l’Etat Fédéral Belge et de la Communauté Française.